Le jardin Kenroku-en à Kanazawa

Le Kenroku-en à Kanazawa est officiellement l’un des trois plus beaux et plus grands jardins du Japon. Il abrite plus de 8700 arbres et 180 espèces de végétaux. Situé au cœur de la ville, il est renommé pour sa beauté rythmée par les saisons. Son emblème, la lanterne à pieds courbes (kotoji tôrô), est connue pour être la première à avoir eu les pieds de longueurs différentes.

Kenroku-en

Kenroku-en

Découvrez le carnet de voyage sur le Japon : Japon, Notes de voyage, inspiré d’un livre japonais du XIe siècle !Kenkoru-en signifie « le jardin aux 6 vertus », rappelant les 6 caractéristiques que doit posséder un beau jardin au Japon : espace, tranquillité, ancienneté, abondance de l’eau, jolie vue et « artificialité » (dans le sens « intervention de l’homme »). Il s’agit du jardin de seigneur le plus représentatif de l’époque d’Edo. De longues années ont été nécessaires aux descendants de la famille de guerrier Kaga pour le réaliser. Créé en 1676, il n’a été ouvert au public que 2 siècles plus tard.

Kenroku-en

Mettant en valeur une vaste étendue, on peut y admirer des lacs, des montagnes, ou bien encore des maisons de thé. Sa conception repose sur la croyance aux divinités et aux immortels de la montagne. Au milieu du grand lac représentant l’océan, on trouve une île qui serait la résidence de ces immortels. Dans son jardin, Kaga a souhaité symboliser une longue vie et une éternelle prospérité.

Une magnifique et très agréable promenade dans un lieu hors du commun, entretenu et choyé comme une œuvre d’art.

Prix à l’entrée : 300¥/adulte – 100¥/enfant (de 6 à 17 ans)
Horaires :
7h-18h (du 1 mars au 15 oct) / 8h-16h30 (du 15 oct a la fin fev). Mieux vaut y aller tôt car ce jardin est très visité.

Le texte qui suit est extrait de l’excellent site Japan Digest : où vous trouverez des explications complémentaires, notamment sur les deux autres grands jardins du Japon ; le Kôrakuen à Okoyama et le Kairakuen à Mito. (Texte par Kazushi Takeuchi (PRESS PARIS), traduit en français par Thibault C.)

Comparé aux jardins à la Française où les arbres et les fleurs sont bien agencés selon un design artificiel, les jardins japonais reposent sur une tout autre philosophie. Généralement, ils font partie de temples ou de résidences d’anciens seigneurs féodaux.

Ne pas conquérir la nature mais la faire vivre. « La nature doit être un modèle ». Sans exagération, on peut considérer que cette phrase exprime tout à fait l’esprit des jardins japonais. Le territoire nippon est recouvert à 70% par des forêts. Considérées comme lieux de séjours des divinités, elles ont longtemps inspiré la crainte. Par conséquent, les jardins japonais sont une copie miniature de cette nature en l’utilisant comme modèle. Ils utilisent les éléments (montagnes, rivières, cascades, rochers, mers,…) et l’ordre de la nature. Bien entendu, elle n’est pas utilisée à l’identique, mais réactualisée dans un espace limité à l’aide d’omissions et d’accentuations.

Les modèles naturels ont varié selon les époques. A l’ère Asuka (6-7ème siècle), on s’inspire de la mer et des îles. A l’ère d’Heian (794-1185), on aspire à une représentation du paradis. Durant l’ère Muromachi (1336-1573), on sent l’influence des « habitats des immortels des montagnes » et du « monde de la peinture à encre » (sumie). A l’époque d’Edo (1603-1867), on se réfère au lac chinois Seiko, aux Trois plus beaux paysages du Japon, ou bien aux 53 étapes du Tôkaidô. Il s’agit à chaque fois de paysages très appréciés des Japonais de l’époque.

Technique typiquement japonaise, le « shakkei », ou « paysage emprunté », consiste à utiliser des éléments naturels extérieurs dans la composition. Le jardin et son arrière-plan se superposent et donnent ainsi l’impression d’un seul ensemble. Il s’agit d’un moyen non pas de toucher à la nature sacrée, mais de tenter de s’approprier sa magnificence. On l’appelle également « ikedori» ou « capture de paysage ». Les jardins japonais s’attachent également à représenter le temps qui passe. Les mousses sur les pierres symbolisent les jours qui avancent, les arbres le rythme des saisons, et les rochers la beauté temporelle de l’histoire. Tout ceci nous montre la vénération d’une nature quasi éternelle.

Kenroku-en
1-1 Marunouchi, Kanazawa
Tel : 076-234-3800
Fax : 076-234-5292
www.pref.ishikawa.jp/siro-niwa/kenrokuen

Partagez !

Prolongez le voyage

Vos commentaires

5 commentaires

N’hésitez pas à réagir et à poser des questions : je vous répondrai avec plaisir.

Laissez un commentaire

  1. Ton Mari

    Le 30 avril 2010, 13:39 Répondre

    Je ne sais pas qui a réalisé cette vidéo… mais chapeau l’artiste …

  2. LadyMilonguera

    Le 8 mars 2012, 19:13 Répondre

    Merci de nous faire découvrir ce jardin de toute beauté !

  3. Myriam@assurancesemprunteur.org

    Le 10 décembre 2012, 21:08 Répondre

    c’est vraiment magnifique et ça fait du bien tout ce vert :) j’adore

  4. Elly

    Le 16 mai 2013, 14:49 Répondre

    C’est très impressionnant. Cela donne envie de faire du jardinage c’est juste magnifique.

  5. Marie

    Le 7 février 2014, 13:39 Répondre

    Très frais, zen, beau. On a envie de s’y promener.

Laisser un commentaire

Le premier commentaire est modéré, ensuite je vous fais confiance.

Tous Les Voyages