Portugal, lectures de voyage

Avant, pendant ou après un voyage, j’aime lire un peu de littérature locale. Je trouve qu’on y apprend toujours beaucoup sur l’histoire et la culture d’un pays, peut-être plus qu’en lisant un guide de voyage ; ou disons plutôt d’une façon différente, moins stéréotypée… ni « touristiquement » orientée, ni pré-mâchée.

J’ai fait pas mal de recherches pendant la phase d’écriture du carnet de voyage au Portugal, lu pas mal de bouquins… Notamment dénichés à la librairie portugaise (Paris 5e), car ils ont des éditions bilingues. Ça peut paraître un peu étrange quand on ne parle pas portugais, mais avoir le texte dans sa langue d’origine en regard de la traduction permet d’imaginer les sonorités, la musique du texte, surtout pour la poésie – bon, ce serait encore mieux si un(e) lusophone venait nous faire la lecture :)

C’est parti pour un peu de littérature !

Carnet de voyage au Portugal

Livres Portugal

Voici tout d’abord deux livres français que je vous conseille si vous partez au Portugal, ou si vous voulez simplement en apprendre plus sur le pays et sa capitale.

  • Portugal, de Christian Auscher (Éditions du Seuil)
    Le classique, parfait pour une première approche ; Christian Auscher est français et connaît très bien l’histoire et la culture du Portugal : il en parle fort bien. De la naissance du pays avec Alphonse Henriques à la glorieuse épopée des Grandes Découvertes, de rois en rois, de Salazar en révolution, jusqu’à l’Europe, c’est l’histoire du Portugal qu’il raconte. Ce qu’il appelle « Annexes » sont en fait bien plus : extraits de textes, clés pour comprendre le fado, discographies, cinéma, langue, savoir-vivre… Beaucoup de choses que vous ne trouverez pas dans les guides, et qui donnent à rêver le voyage ou à le revivre.

  • Le goût de Lisbonne, textes choisis et présentés par Jean-Noël Mouret (Editions Mercure de France)
    Les livres de la collection « Le goût de… » sont un vrai plaisir à lire. Ce sont des recueils de textes traitant d’un même sujet ou lieu : en l’occurrence, Lisbonne. Vous apprendrez des tonnes de détails à travers des extraits d’ouvrages de tous bords, présentés en 3 parties : « Voir Lisbonne », « Goûter Lisbonne » et « Vivre Lisbonne ». Chacun est présenté et replacé dans son contexte, expliqué voire complété. Petit format facile à trimballer partout, on le sort pour picorer un bout de texte, par ci par là. Facile d’accès et passionnant !

Côté littérature locale, je dois vous dire que j’ai un faible pour la poésie portugaise. Voici mes recueils préférés :

  • Coup de cœur pour Eugénio de Andrade dont voici quelques très beaux recueils. Versants du regard regroupe ses poèmes en prose, tous les autres sont en vers (d’où l’intérêt d’avoir l’édition bilingue ;)).
    LE FIGUIER (L’Autre Nom de la terre)
    Je n’ai pas de mains pour le bleu.
    Je rêve de la mer
    qui n’est pas loin mais que je ne vois pas
    brûler.
    Seule l’ombre semble être chez elle
    à l’abri de mes branches :
    elle chante doucement tandis qu’elle se déchausse.XXIII (Matière Solaire)
    Ce pays est un corps exaspéré,
    la lueur de la brume au ras de la poitrine,
    la fièvre brûlante autour de la taille.Le pays dont je te parle est le mien,
    je n’en ai pas d’autre où allumer le feu
    et cueillir avec toi la pourpre des matins.Je n’en ai pas d’autre, mais qu’importe,
    il donne assez et même trop à partager
    avec les corbeaux – nous sommes amis.

  • Pour un panorama plus large, il y a l’excellente Anthologie de la poésie portugaise contemporaine, 1935-2000qui regroupe 34 poètes portugais : Mário Cesariny, Sophia de Mello Breyner Andresen, Gustão Cruz, Miguel Torga…
    LUTTE D’OISEAUX Nuno Júdice (extrait)
    (…)
    C’est ainsi que les mouettes méprisent les
    pigeons. En mer, elles n’ont pas besoin des petites vieilles
    pour leur donner à manger, c’est de l’intérieur des vagues
    qui se fracassent que sort le pain dont elles se nourrissent :
    l’écume du poème, le pain blanc de l’océan.BIOGRAPHIE Sophia de Mello Breyner Andresen
    J’ai eu des amis qui mouraient, des amis qui partaient
    D’autres qui brisaient leur visage contre le temps.
    J’ai haï ce qui était facile
    Je me suis cherchée dans la lumière, dans la mer, dans le vent.

    MORT À MIDI Ruy Belo (extrait)
    (…)
    Mon pays est tout ce dont la mer ne veut pas
    c’est le pêcheur craché sur la grève en plein jour
    car le sable a grandi et l’on requiert en vain
    en se courbant ce qu’on avait la tête hauteMa terre mon pays est une grande route
    qui vient jeter la pierre entre l’homme et la femme
    Et l’homme vend sa vie l’homme ploie sous la bêche
    Mon pays est tout ce que la mer ne veut pas

    • Je voudrais aussi citer un très beau recueil de Nuno Júdice, Un chant dans l’épaisseur du temps dont voici un extrait (le traduction est, comme souvent, signée Michel Chandeigne) :
      PLUIE
      Il pleut comme toujours. Et,
      comme toujours quand il pleut,
      les gens s’abritent
      (ceux qui ne s’attendaient pas à
      ce qu’il pleuve) ;
      ou ils ouvrent, simplement,
      leur parapluie – de
      préférence à ouverture
      automatique. Parce que, quand
      il pleut, nous devons tous
      faire quelque chose : même
      nous, qui sommes à l’intérieur
      de la maison. Les uns vont
      à la fenêtre, en commentant :
      « Quel hiver ! » ; les autres
      s’assoient, un papier
      devant eux : et ils écrivent
      un poème, comme celui-ci.

Enfin, voici un site que j’aime beaucoup et qui donne de super pistes pour découvrir la littérature d’un pays : Bibliomonde (voici par exemple la fiche sur le Portugal). Très utile et très bien fait !

N’hésitez pas vous aussi à partager vos livres favoris dans les commentaires !

Partagez !

Prolongez le voyage

Vos commentaires

12 commentaires

N’hésitez pas à réagir et à poser des questions : je vous répondrai avec plaisir.

Laissez un commentaire

  1. j.

    Le 25 février 2012, 11:33 Répondre

    « lisbonne, livre de bord » de josé cardoso pires est un livre magnifique!
    « souviens-toi de lisbonne » de olivier frébourg est sympa à lire, il donne un aperçu de la ville et récemment j’ai lu « electrico w » de hervé le tellier qui se passe aussi à lisbonne et j’ai beaucoup aimé! :)

    … la poésie de herberto helder est magnifique!

  2. Julie

    Le 25 février 2012, 12:02 Répondre

    Bonjour J. et bienvenue sur le blog !

    Je vais de ce pas découvrir la poésie de Herberto Helder.
    Je viens d’ailleurs de trouver un site intéressant, Esprits Nomades, qui cause littérature, poésie… http://www.espritsnomades.com/sitelitterature/helder/helder.html

    Merci beaucoup pour ces nouvelles pistes d’exploration.

  3. Curieuse Voyageuse

    Le 28 février 2012, 07:50 Répondre

    Je vais finir par croire que tu lis dans mes pensées: de retour de Lisbonne (que j’ai adoré et plus encore), je me demandais ce que je pourrai bien lire pour continuer le voyage…. Demandez et hop vous serez exaucée :)

  4. Julie

    Le 28 février 2012, 08:39 Répondre

    Haha !
    … Il te reste 2 vœux :p

  5. Lucie

    Le 14 avril 2012, 18:50 Répondre

    Merci pour ce bel article! Connais-tu Saramago? Moi je me suis régalée à la lecture de Tous les Noms

  6. Julie

    Le 18 avril 2012, 09:08 Répondre

    Hello Lucie,
    Non jamais lu José Saramago, mais je vais creuser : en plus je vois qu’il a eu le Prix Nobel de littérature en 1998 !

  7. @LilouTravel

    Le 24 mai 2012, 17:53 Répondre

    Portugal, livres de voyage http://t.co/MsHf7WGq Le Blog des Carnets de traverse

  8. Patrícia e Valerio

    Le 1 juin 2012, 18:53 Répondre

    Bonjour,
    merci de votre blog! Nous avons vu et lu a propos du Monte do Alinho et cet été nous irons y rester pendant 3 jours. La photo de la piscine nous a encouragé! :)

    Et un jour, qui sait, je peut lire poesie pour vous, en portugais!

    Je vous souhaite très belles choses!
    Patrícia Branco

  9. Julie

    Le 1 juin 2012, 19:07 Répondre

    Bonjour Patrícia,
    Je suis heureuse de votre message ! N’hésitez pas à revenir nous dire ce que vous en pensez !
    Un grand merci ! A bientôt et bonnes vacances !

  10. Alex

    Le 4 novembre 2012, 10:44 Répondre

    Salut,
    J’ai beaucoup aimé Lisbonne où j’ai passé un cours d’été à l’université l’été dernier pour approfondir la langue.
    Je ne saurais trop conseiller aux voyageurs/lecteurs de prendre quelques cours de portugais, vous verrez, l’approche est assez facile puisqu’il s’agit d’une langue latine (le vocabulaire est donc assez proche). Bien sûr, ça se corse un peu lorsqu’on avance, mais on prend vite le goût d’apprendre. Lire en VO permet d’apprécier vraiment la littérature du Portugal, et puis les contacts sont beaucoup plus intéressants sur place.

Laisser un commentaire

Le premier commentaire est modéré, ensuite je vous fais confiance.

Tous Les Voyages