Voyager seul avec son bébé aux Maldives. Tous les conseils pratiques d’un papa solo !

Voyager aux Maldives, en mode “papa solo” avec son bébé de 13 mois, c’est tout à fait possible, plutôt confortable et assez inattendu dans le regard de l’Autre ! Une jolie aventure réalisée avec Louise, ma fille bouillonnante, impatiente et curieuse de tout !

Je vous dis tout sur ce premier voyage à deux, au cœur de l’Océan Indien, d’une petite dizaine de jours sur l’Atoll Ari — de la préparation du voyage, en passant par les indispensables à prévoir pour bébé jusqu’à la découverte des Maldives avec Loulou.

Nous partageons ici de beaux instants de voyage, une inspiration esthétique qui, je l’espère, vous plaira. Notre quête de douceur à trouver dans ce coin du monde, des atmosphères séduisantes et très apaisantes. Bonne lecture !

 

Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

Notre expérience “A Father-Daughter Journey” aux Maldives en 5 parties :

1. Inspiration Photographique
2. Premier voyage avec bébé : premières impressions
3. Comment préparer un voyage solo avec bébé
4. Quel nécessaire de bébé pour 9 jours de voyage ?
5. Les Maldives : mini-guide de voyage


Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

1. INSPIRATION PHOTOGRAPHIQUE

Une fois passées la timidité et la peur de “moins bien faire qu’avant”, il ne reste plus qu’à partir et retrouver ce doux sentiment d’être perdus au fin fond d’un pays inconnu.
Avoir ma fille accrochée aux bras, scrutant sans cesse autour d’elle ces espaces turquoises et un brin irréels. La sentir s’agiter devant autant d’inconnu. Voilà de quoi inspirer l’homme, le père, le photographe.

 

Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

 

Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

NOTE DE VOYAGE — Les espaces offrent des compositions inattendues. Il faut s’allonger ici ou simplement s’asseoir par là. Des perspectives étonnantes où cet hydravion va devenir un “compagnon” sur toute la durée de notre séjour aux Maldives. Le bruit de ses décollages et amerrissages rythment les journées.

 

Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

NOTE DE VOYAGE — Voyager avec Louise a été plutôt «simple», même sur ces longues distances — cela me confirme que les enfants, même les très jeunes, ont cette capacité ou cette intelligence à s’adapter aux situations les plus atypiques (avions, aéroports surtout), et un poil stressantes pour moi. Au final l’inquiétude m’a quitté assez rapidement en voyant Louise très à l’aise.

 

Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

NOTE DE VOYAGE — En toute fin de journée, il n’est pas rare de trouver quelques recoins agréables pour apprécier cette lumière tropicale s’adoucir lentement. Voir le crépuscule prendre ses aises, et donner à la végétation de belles touches dorées.

 
 

Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

 
 

Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

 

Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

NOTE DE VOYAGE — Les premiers moments sont exclusivement dédiés au ressenti du corps dans l’air doux et l’eau chaude de la fin de journée. Le corps et l’esprit lâchent presque instantanément la pression du voyage, les milliers de kilomètres, les longs-courriers, l’hydravion, le bruit des moteurs,…

 

Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

2. PREMIER VOYAGE SOLO AVEC BÉBÉ : PREMIÈRES IMPRESSIONS

Dans mon esprit, les Maldives représentaient une de ces destinations où l’on trouve “une douceur apaisante, inspirante — un exotisme beau et bienfaisant”. C’est ce que nous y avons trouvé ! Beaucoup de gentillesse aussi envers Louise et moi, de la part de toutes les personnes rencontrées !

Et bien sûr de très belles images, une esthétique différente de celle que j’ai travaillé avec Julie durant de nombreuses années. Ce sont ces quelques impressions qui m’ont décidé à choisir ce coin du monde pour un premier voyage avec Louise.

 

Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

 

Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

 
 

LES BONHEURS DE CE VOYAGE

• Le premier de tous — est évidemment de voir Louise ouvrir ses grands yeux bleus sur le monde qui l’entoure. Elle exprime à travers ses cris tout son enthousiasme et son excitation. J’ai gardé dans mon esprit, durant ce voyage, le visage rayonnant de Julie, que j’imagine heureuse et fière de voir sa fille découvrir l’Ailleurs.

La gentillesse, la courtoisie, l’accueil des personnes rencontrées dans toutes les situations (avions, aéroports, hôtel,…). Cette idée de voyager seul, en tant qu’homme, avec son enfant, semble fasciner voire séduire énormément. Il y a un mélange de curiosité, une pointe d’admiration et beaucoup de sympathie qui se dégagent d’un “couple” papa-bébé.

L’entraide des personnes autour de moi — tenir simplement une porte, plier la poussette, porter un sac,… Sans rien demander, une très grande majorité de personnes se proposent spontanément de vous aider.
Peu importe la situation : garder le sourire, rester poli et chaleureux, jouer avec l’enfant, faire quelques jeux d’humour,… Tout cela aura été bon à (re)vivre.

La douceur des Maldives. La beauté, l’esthétique et le minimalisme des paysages nous ont donné beaucoup de plaisir durant ces quelques jours.

L’émotion de reprendre la photographie, de retoucher le M9. De sentir du bout des doigts le métal de cet objet fétiche, ses bruits, son poids, son volume. Se remettre à composer, partager. Tout cela m’a beaucoup manqué.

Voir Louise effleurer le Leica, c’est aussi la sensibilité de Julie que l’on associe à cette petite odyssée. Ça fait très drôle, je vous le garantis, de voir ma fille tenir à pleine main l’appareil photo que sa maman à portée durant de nombreuses années…

 
 

Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

 
 

LES DIFFICULTÉS DE CE VOYAGE

Elles ont été plutôt “soft”, de l’ordre du pratique et concernent essentiellement le déplacement dans…  LES AÉROPORTS !

• La principale difficulté a été à l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle. De la sortie du taxi au check-in, aucun service d’aide pour une personne solo avec bébé + bagages (hors femmes enceintes ou personnes à mobilité réduite). Peu de compagnies aériennes, même Paris Aéroport, proposent ces services (payants ou gratuits). Dommage !

Ce que j’aurai dû faire — utiliser un service de conciergerie, capable de venir chercher les valises à la maison et de me les faire livrer au check-in de la compagnie aérienne. Toutefois, ce sont des services plutôt chers (selon la distance de l’aéroport, le poids et le nombre de bagages) et quelquefois contraignants (tout doit être prêt à J-3 avant le départ, par exemple !).

Je sais qu’Air France propose de très bonnes choses tout comme British Airways ou Lufthansa. C’est une vraie plus-value de service pour un papa solo !
Certaines agences de voyage proposent aussi ce service en option ou par défaut, selon la destination et le profil du voyageur. C’est une bonne aide à garder sous le coude !

 

— Autre difficulté d’aéroport : LA POUSSETTE jusqu’aux entrées des avions.

• Toujours à Roissy Charles-de-Gaulle : on m’avait assuré qu’on pouvait la garder jusqu’au dernier moment avant l’embarquement (“même sur la passerelle”). Evidemment, non ! La poussette est récupérée au boarding (selon les compagnies aériennes ? Je n’ai pas la réponse !). Il faut prendre le bébé dans les bras, en plus des sacs, des billets et passeports accessibles… etc Agaçant !

• A Doha (Hamad International Airport). On m’avait là aussi rassuré : “demandez au boarding à avoir une poussette, mise à disposition par l’aéroport, à votre sortie de l’avion, pour rejoindre votre correspondance”. Bla bla bla… Un doux rêve !

Au final, rien de méchant mais des petites montées d’agacement facilement évitables par un peu plus de services et de compréhension de la part des compagnies aériennes et des aéroports.

Pourquoi ne pas prendre un porte-bébé ? Pourquoi privilégier la poussette ? Louise a une corpulence plutôt haute — concrètement elle est lourde et grande. Après quelques essais à la maison, j’ai choisi définitivement la poussette. Certes plus encombrante mais à mon sens, indispensable sur ce type de voyage !

Quelle poussette utiliser en voyage ? J’ai remisé ma Yoyo+, très adaptée à Paris par sa maniabilité mais trop lourde pour ce voyage (plus de 6kg) et trop volumineuse (quoiqu’acceptée en cabine — sur toutes les compagnies ?).
J’ai acheté une poussette canne de base (moins de 50€). Je pensais qu’elle serait mal traitée ou détériorée lors des transferts (Ce qui n’a pas été le cas d’ailleurs). Je ne regrette absolument pas mon choix !

 

Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

 
 

Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

 
 

Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

 

Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

3. COMMENT PRÉPARER UN VOYAGE SOLO AVEC BÉBÉ ?

Tout cela m’a pris du temps, d’une part pour lister les situations dans lesquelles j’allais me retrouver. D’autre part les besoins qui en découleraient (Paragraphe 4). Une fois tout cela posé sur le papier, je me suis senti “rassuré” de voir qu’il y avait beaucoup à prendre mais que cela restait très réaliste à emporter — surtout en étant seul avec un bébé.

 

LES INDISPENSABLES, A LANCER DÈS J-45

Nos deux passeports évidemment : à vérifier qu’ils sont valables 6 mois APRÈS la fin du séjour. J’avais pris soin de refaire à neuf le mien (86€). Louise quant à elle a reçu son premier passeport (17€). Mention particulière pour l’administration française : impressionné par la rapidité de production malgré la période (10 jours) !

Un contrat d’assurance : le paiement d’un voyage avec une carte Visa ou Mastercard permet d’éditer un contrat. S’il y a un rapatriement par exemple, cela fait gagner du temps dans la prise en charge. Pas mal d’assurances intéressantes (pertes bagages, annulation de vols,…) sont souvent associées à ces cartes.

Le carnet de santé et la vaccination (de l’enfant) à mettre à jour si besoin. Sur avis médical du pédiatre, aucun vaccin additionnel n’a été réalisé pour Louise, à destination des Maldives (pour un court séjour, dans un contexte “hôtel-chic”).
Toutefois, si vous décidez d’explorer des zones plus reculées, certains vaccins sont recommandés, pour les adultes et les enfants. Pour rappel, il n’y a pas de paludisme aux Maldives !

Les îles-hôtels des Maldives sont très sûres, il n’y pas de vol ou de délinquance toutefois égarer son passeport peut arriver assez simplement. Pensez à stocker dès la préparation du voyage, au fond de la valise, les photocopies des papiers d’identité.

 
 

Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

 

Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

NOTE DE VOYAGE — Evidemment, il faut marcher sur ces grandes plages blanches durant quelques heures; se vider la tête, respirer à plein poumon. L’air chaud du lagon souffle sans pause, ni ruade. Ce sont des moments précieux où l’on retrouve une certaine sérénité.
J’aime ce sentiment de grande liberté à cet instant. Pas de contrainte, pas de stress, pas d’obligation ; seul avec ma fille lovée à mon bras gauche, toute calme, apaisée, sereine. J’imagine que ce sont ces moments qui nous lient encore un peu plus l’un à l’autre.

 
 

LES POINTS D’AVANT-VOYAGE À LANCER ENTRE J-30 ET J-7

Un dernier rdv chez le pédiatre quelques jours avant de partir. Etre sûr par exemple que les tympans de l’enfant sont ok pour l’avion !
Derniers échanges avec le médecin sur la nécessité d’hydrater bébé en continue, la protection du soleil, les bons usages de la baignade,… Certes beaucoup de bon sens là-dedans mais toujours salutaire de se le (faire) rappeler.

 

POUR L’AVION :
• Réserver des vols longs-courriers, de nuit, a été une bonne idée, cela a permis à Louise de trouver ses marques rapidement et de s’endormir très facilement.
Les tympans des bébés sont fragiles, il est recommandé de favoriser la succion au décollage et à l’atterrissage. La sucette de base a été parfaite.

• Etre sûr d’avoir des places de long-courrier l’une à côté de l’autre (si si les erreurs arrivent, croyez-moi), papa à côté de bébé donc — et si possible avec un accès direct dans le couloir.

• Réserver un siège pour son bébé sur l’ensemble des vols (même dans l’hydravion) a été salutaire, indispensable. J’ai imaginé une demi-seconde garder Louise sur mes genoux durant tous ces trajets. Il ne vaut mieux pas économiser là-dessus !

 

POUR LES CONTRÔLES AÉROPORT :
• Louise porte un double nom, le mien et celui de Julie, ce qui peut perturber les contrôles d’identité à l’étranger. Prendre le livret de famille a été une bonne idée. On m’a demandé de “justifier” son nom aux contrôles, à Doha !

 

Quelques trucs à challenger dans l’art de voyager avec un bébé qui feront sourire sûrement… :

– les tables à langer dans les toilettes des A380. Sérieusement Airbus ?!
– le passage des portiques de sécurité dans les aéroports — avec le monde, les affaires à déballer, les chaussures à enlever, le bébé dans les bras… Un peu rock n’ roll tout de même !
– la chasse aux bouteilles d’eau lors des contrôles de sécurité, malgré les besoins indispensables pour le bébé !
– les tables à langer uniquement dans les toilettes des femmes (Certains aéroports) !
– les demandes insistantes des voyageurs asiatiques désireux de photographier votre bébé (blond, européen avec de bonnes joues à bisous)… #Relouds
– les salles de bain d’hôtels, où l’on ne peut jamais rien poser ni accrocher,…
– etc…

 
 

Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

 

Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

 

Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

4. QUEL NÉCESSAIRE DE BÉBÉ POUR 9 JOURS DE VOYAGE ?

Nous sommes partis avec un ensemble de bagages plutôt raisonnable, modérément lourd et moyennement pratique à transporter (le choix de la valise vs le gros sac à dos est un vrai point de test à réaliser). Ce qui a été compliqué à gérer en solo, c’est évidemment d’installer Louise, en sécurité pour éviter les chutes et avec une certains confort pour favoriser le sommeil durant l’attente :

• Une valise Samsonite Cosmolite (81cm, 123L, poids vide 3,5kg — poids au check-in : 16kg).
Je n’en changerai pour rien au monde, ou presque… C’est une coque de plastique très solide, fine, légère, je l’utilise depuis 4 ou 5 ans en complément de housses de rangement à l’intérieur. Parfait !

• Une autre valise Samsonite Cosmolite (55cm, 36L, poids vide 1,7kg — poids au check-in : 10kg)
Avec à l’intérieur, la nourriture et tout le nécéssaire-bébé pour le séjour. Les petits-pots sont rangés dans des housses plastiques, épaisses et hermétiques, dans le cas où un gros choc viendrait à casser l’un d’eux.

• Une poussette canne : 4kg

• Deux sacs en cabine :
Le premier (3kg)
Avec notamment une trousse de toilette et une trousse-nourriture pour Louise, que j’utilise dans l’avion ou l’aéroport
Le deuxième (8kg)
Le matériel électronique : MacBook Pro, Leica, disques durs externes, trousses (câblages, cartes mémoire, appareils jetables…)

 

Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

 
 

J’étais assez surpris par le volume “raisonnable” du nécessaire de bébé (vêtements, produits, nourriture). Je m’étais imaginé depuis des mois des encombrement fous, des déménagements improbables — au final, quand tout est bien rangé, aisément accessible en fonction des situations, tout se gère et s’emboîte plutôt bien.

 

QUEL NÉCESSAIRE DE BÉBÉ POUR L’AÉROPORT / L’AVION ? :

Tout le nécessaire de Louise est rangé dans de grandes trousses, elles-même dans un sac cabine. Cela évite de perdre du temps à chercher tel produit qui aura forcement glissé au fond d’un sac. J’ai tout sous la main, bien protégé, j’attrape le “pack” d’une main. Adapté à mes usages.

Une trousse de change composée de :
• Une dizaine de couches (prévoir large si l’avion à du retard)
• Deux serviettes jetables à poser sur les tables à langer (avion, aéroport)
• Un pack de lingettes (désolé, je ne suis pas fan mais cela reste le plus pratique)
• Une crème de change (au calendula)
• Un flacon de Doliprane bébé (et la pipette)
• Quatre ou cinq doses de sérum physio (pour nettoyer les yeux et le nez)
• Un collyre pour humidifier si besoin les yeux
• Cinq sacs (pour glisser les vêtements souillés, couches sales)
• Un paquet de mouchoirs en papier

Une trousse “repas” composée de :
• 2 bouteilles-biberons de lait de croissance (250ml) prête à l’emploi + tétine
• Un biberon vide + tétine
• Un sachet de 300g de lait de croissance en poudre
• 3 petits pots légumes (120g/unité)
• 4 gourdes de compotes de fruits (90g/unité)
• Un gobelet + cuillère

Enfin, une dernière trousse, toujours dans le même sac cabine :
• Petit plaid chaud (la climatisation des avions est terrible)
• Gilet chaud à manches longues
Body manche longue + un pantalon + un gilet léger
• Paire de chaussettes
• Linge-bavoir
• Chapeau de soleil (à portée de main, pour le transfert extérieur)

 

QUE PRENDRE POUR LES TOILETTES ET LES SOINS DE BÉBÉ EN VOYAGE ? :

Louise est peu malade en règle générale (quelques trucs de crèche : rhumes, dermites, conjonctivites, un peu de muguet de temps à autres…). Je me suis confectionné un set de produits avec lesquels je peux prendre soin et “soigner” assez simplement.

Là encore, le tout dans une grande trousse de toilette (rangée dans la valise) :
Liniment (nettoyer, hydrater le corps)
Gel doux pour la douche, sans savon (corps et cheveux)
• Sérum physiologique
• Cotons de toilette
• Compresses stériles
Beurre d’Argan (en cas de grosse sècheresse sur la peau)
• Zyma D (Vitamine D)
• Coquelusedal Nourrissons (Contre la toux)
• Mycostatine
• Betadine Scrub
Crème Solaire (Ind.50 UVA + UVB)
• Petit thermomètre

Pas de répulsif anti-moustique nécessaire sur cette période fin avril / début mai aux Maldives. Dans tous les cas, je n’utiliserai jamais ce type de produit chimique sur la peau de mon enfant. Si vous avez des conseils ou produits sur ce point, je suis preneur !

 
 

Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

 

Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

NOTE DE VOYAGE — Que se passe t-il dans son esprit à ce moment là ? Touchant méticuleusement du bout des doigts le sable corallien. Testant avec la plus grande rigueur la granulosité, la texture, les chatouilles des grains qui filent à travers la main. Goûtant à intervalles réguliers cette étrange sensation sur la langue.
Pendant de longues minutes, elle va raconter une histoire, se convaincre en pointant la mer du doigt, que tout cela vient de là-bas. Hochant la tête avec conviction tout en vous regardant avec d’étranges œillades, comme pour mieux vous interroger sur cette matière blanche.

 
 

Une grande inconnue pour moi : la chaleur ambiante de 31°C en journée et de 23°C la nuit, sur une période d’une dizaine de jours, avec un bébé habitué à la fraîcheur de Paris.
Cela appelle forcement des usages différents ; Louise a globalement bien réagi à la chaleur, quoique assez fatigante entre 13h et 15h. Même pour moi.

L’hydratation en continue avec un biberon d’eau toujours à portée de main, une serviette humide pour refroidir la nuque, le front et les membres — un tube de crème solaire (toutes les deux heures, et après la baignade) — La sieste évidemment, sous un brasseur d’air de plafond, à toute petite vitesse. Enfin des douches rapides pour refroidir et hydrater le corps. Au bout de 2 ou 3 jours, l’enfant s’adapte très bien !

 

LES POINTS DIFFICILES À ESTIMER POUR LA DURÉE DU VOYAGE :

Les repas : j’ai emporté un ensemble de 12 pots légumes (60g et 120g/unité), 6 assiettes “prêtes à l’emploi” avec les protéines (230g/unité) et 10 gourdes (120g/unité) de compotes de fruits. L’appétit de Louise a été un poil moindre, en raison de la chaleur essentiellement.
Je m’étais assuré que le pain, les yaourts, les céréales, les jus de fruits ou les fruits frais seraient proposés par l’hôtel.

Le lait : un pot de 900g de lait de croissance (avec une réserve de 400g).

Les couches : l’enfant boit beaucoup d’eau, transpire certes mais les besoins en couches sont supérieurs à nos habitudes de Paris. En moyenne, j’ai utilisé 6 à 8 couches par jour (changée toutes les 2 heures grosso modo). Les irritations arrivent beaucoup plus rapidement sous ces latitudes pouvant aussi s’infecter plus facilement !

 

CE QUI ÉTAIT LIMITE :

Les besoins en vêtements pour Louise : le laundry service a été salutaire, deux fois en quelques jours pour laver et repasser une partie des habits emportés de Paris !
J’étais parti sur 4 changements de tenue dans la journée en incluant la tenue du dîner. A l’usage, c’est 6 changements minimum. La transpiration, la chaleur, le sable, les déjeuners capricieux,… Oui, oui ça parait évident en écrivant ces lignes.

 
 

Blog Voyage Papa Solo Seul Avec Bebe Maldives Ou Dormir

 

Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

NOTE DE VOYAGE — La fin de journée est propice à s’attarder sur des détails que la grande lumière écrase par son intensité. Tels motifs, telles compositions, telles couleurs que je n’avais pas encore remarqué. Ce qui est troublant pour l’œil du photographe, c’est l’étonnant minimalisme dans ces paysages des Maldives. Les horizons sont hauts, la mer sage, le sable farineux ose quelques géométries délicates.

 
 

QUELS VÊTEMENTS DE BÉBÉ POUR UN VOYAGE SOUS LES TROPIQUES ?

Le choix a été plutôt simple sur ce voyage. J’ai privilégié essentiellement des vêtements en coton, légers, le plus souvent blancs ou clairs. J’ai mis de côté tous les habits trop sombres, trop épais ou synthétiques.
Comme évoqué plus haut, j’ai changé Louise très souvent durant le séjour ; avec quelquefois des vêtements complètement trempés de sueur, malgré leur légèreté ou leur confort.

La nuit, un petit pyjama-short en coton léger est suffisant. Je n’ai pas utilisé la turbulette mis à disposition par l’hôtel. Pas de couverture ni oreiller évidemment. De très bonnes nuits, douces, très reposantes ! J’ai systématiquement désactivé la climatisation de la chambre, pour privilégier les brasseurs d’air au plafond.

Voici la liste des vêtements, non exhaustive :
Salopettes courtes blanches, bretelles croisées dans le dos. Vêtement idéal !
Bermudas blancs
• Shorts blancs. Pour jouer ou se baigner
• T-Shirts à col tunisien. Passe-partout, légers, un peu stylés
• Tuniques à bretelles
• Pantalons longs et chemisettes légères. Pour le dîner essentiellement
Bodies blancs à bretelle
• Bodies blancs manches longues Pour se protéger du soleil
• Sweet ou gilets légers. Si le temps se “rafraîchit”
• Pyjamas légers
• Lunette de soleil (indice 3) avec cordon
• Chapeau de soleil avec cordon
• Petites sandales en cuir

 
 

Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

 

Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

5. LES MALDIVES : MINI-GUIDE DE VOYAGE

Les Maldives s’étirent longuement, du Nord au Sud, sur plus de 800 km, tout en dessous du continent Indien — Colombo, la capitale du Sri Lanka n’est qu’à 1h30 d’avion de Malé, la capitale des Maldives !

1 200 îles, une trentaine d’atolls, il peut être difficile de choisir le bon spot. Malé, Ari, Baa, Dhaalu, Faafu et Lhaviyani sont souvent les atolls les plus cités dans les guides de voyage. Non sans raison !

 

Blog Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

 

LES BASIQUES

L’anglais est la langue “business” pratiquée au quotidien en plus de la langue traditionnelle le Divehi.

Aucun visa n’est nécessaire pour des séjours de moins de 30 jours.
Attention, la douane de Malé ne rigole pas lors des contrôles ; les inspections pour les recherches de drogues sont très courantes.

• La monnaie locale est le rufiyaa, toutefois le dollar américain est largement préféré et utilisé. Les îles-hôtels gèrent en règle générale 100% des besoins des voyageurs (avec un paiement à la fin du séjour par carte bancaire), il est donc inutile de s’encombrer de grosses sommes en cash.
Il peut être nécessaire de laisser quelques tips (le plus souvent pour le personnel dans les aéroports qui aident aux transports des valises — comptez 2 à 3$ par valise).

• Les prises électriques (230 V, 50 Hz — Type D / G ) nécessitent un adaptateur pour les appareils électroniques européens. L’internet est largement déployé dans les îles-hôtels avec un très bon débit. L’indicateur téléphonique est +960.

La vaccination pour les courts séjours dans les hôtels n’est pas nécessaire, le paludisme n’existe pas aux Maldives — Toutefois si vous explorez des îles reculées, mieux vaut se mettre à jour : diphtérie-tétanos-poliomyélite, hépatites A / B et fièvre typhoïde.

Les insolations, les brûlures et la déshydratation peuvent être source de problèmes (graves dans certains cas). Même en attendant l’embarquement vers les hydravions, mieux vaut prévoir de l’eau, des lunettes et un chapeau (pour l’enfant principalement).

• Enfin, ne pas oublier pas les accidents de décompression. Bien respecter les délais entre une plongée et le vol en avion.
– Plongée simple sans décompression : 12 heures de délais.
– Plongées multiples sans décompression dans la semaine : 18 heures de délais.
– Plongées nombreuses dont certaines avec palier : 24 heures de délais.

 

QUAND PARTIR ?

Nous avons privilégié la période de fin avril / début mai. C’est globalement la fin de la haute saison (entre décembre et mars), la fréquentation est minimale et la météo est encore très favorable. Une journée de violents orages (début de la mousson) pour un ensemble de journées très ensoleillées.

Le ciel n’est pas parfaitement bleu, en mode carte postale. De grandes colonnes de cumulus occupent le ciel, toutefois l’expérience est réellement très plaisante ! L’humidité est forte ainsi que la chaleur ambiante :
• la température de l’air est en moyenne à 31°C
• la temperature de l’eau est à 29°C

A partir de mi-mai, la mousson commence à s’installer durablement, il devient plus aléatoire de profiter de la lumière. Attention, les Maldives font le plein de voyageurs aux périodes de juillet et août, pour les vacances estivales. Les prix s’affolent ainsi que les orages !

 

Y ALLER

Le vol vers les Maldives dure entre 12 et 14h selon les escales. L’aéroport international de Malé est desservi par de nombreuses compagnies aériennes (selon les périodes de l’année) dont les plus connues sont Emirates, Etihad, Turkish Airlines, Malaysia Airlines, Singapore Airlines…

Certaines compagnies opèrent des vols directs, d’autres avec une escale au Moyen-Orient ou encore que quelques mois par an.

Pas de miracle, il faut chercher le bon vol, au meilleur prix — on vous recommande systématiquement d’utiliser les comparateurs, comme Skyscanner qui le fait très bien.

C’est souvent Emirates (hors charters) qui ressortira sur une base de 600 à 700 euros par personne (plus ou moins cher selon la période), aller-retour avec une escale à Dubaï.

 

SE DÉPLACER

C’est un objet de fantasme : l’HYDRAVION ! Il permet de se déplacer très simplement vers l’ensemble des îles-hôtels du pays. Et c’est vrai que l’expérience est sexy. Une petite aventure que j’ai beaucoup apprécié (tout comme Louise d’ailleurs :).

Une fois arrivés à l’aéroport de Malé et passés les contrôles, nous rejoignons le desk d’une des compagnies locales (située dans le même terminal) : la Trans Maldivian Airways, pour le check-in.
De deux à cinq vols par jour, selon la distance. Pas donné, entre 250$ et 600$ aller-retour. Attention le poids des bagages est limité (20kg), et le surplus coûte des sommes folles ! (vous pouvez négocier… un peu.)

Les compagnies d’hydravions passent des deals avec les hôtels afin d’amener à bon port les voyageurs ayant réservés leur séjour. Le vol en hydravion est souvent packagé avec la réservation de l’hôtel.

L’ensemble des hydravions ont leur propre base de décollage, à 6-7 minutes de bus de l’aéroport international. La compagnie d’hydravion gère systématiquement le transfert des voyageurs et des bagages. Elle offre le plus souvent des espaces de repos en attendant l’embarquement.

Pour les îles-hôtels situées à proximité de Malé (Nord et Sud), le transfert des voyageurs s’effectue par bateaux rapides ou hors-bord. Nous n’avons pas eu l’occasion d’expérimenter.

 

log Voyage Voyager Seul Papa Solo Avec Bébé Maldives

 
 

OÙ DORMIR ?

Plus de 110 îles-hôtels sont actuellement en activité : alors comment choisir un bel hôtel aux Maldives ? Il est courant de lire que l’accueil ou le degré de luxe/attention sont prioritaires. J’y vois d’autres critères tout aussi intéressant :

1. Le degré d’exclusivité
Concrètement, plus l’hôtel est confidentiel, plus il est exclusif, plus il sera cher. Certaines îles offrent d’énormes capacités d’accueil, d’autres se limitent à quelques villas.
Par exemple : le Soneva Fushi, le Cheval Blanc Randheli.

2. La prestation hôtelière quotidienne (“All Inclusive” ou simple demi-pension)
Une majorité hôtels proposent les deux. Certains ne font que du “All Inclusive”.

3. Le degré de sophistication
A bien y regarder, les détails sont importants dans la qualité esthétique des villas (sur la plage ou sur pilotis), l’aspect contemporain ou traditionnel, la beauté des plages, l’entretien de la végétation, la propreté,…
Par exemple : le Park Hyatt Hadahaa, le Fairmont Sirru Fen Fushi ou encore le Barros,…

4. L’importance de la gastronomie
Certains hôtels capitalisent sur des chefs étoilés au Guide Michelin pour se démarquer des hôtels de “base” et cultiver un très haut de gamme.
Par exemple : le Hurawalhi Island

5. L’impact visuel des infrastructures
La “légèreté” des installations hôtelières participe pleinement au ressenti d’exotisme et à un certains respect de l’environnement
Par exemple : le Mirihi Island Resort

6. La gestion environnementale
Un certains nombre d’îles-hôtels n’ont pas attendu les contraintes écologiques actuelles pour gérer le recyclage des eaux usées, des déchets… ou la gestion de l’eau potable.
Par exemple : le Constance Moofushi ou le Soneva Fushi

Mais aussi : la taille de l’île, le niveau d’équipement et d’accompagnement pour les activités outdoor, la qualité esthétique du lagon et des récifs,…

 
 

Bon voyage ! A bientôt
Renaud, Louise

 
 

**************
En relation avec notre article :

TRAVEL
Visit Maldives, Trans Maldivian Airways

LIFESTYLE
COS Stores

**************

Partagez !

Prolongez le voyage

Vos commentaires

31 commentaires

N’hésitez pas à réagir et à poser des questions : je vous répondrai avec plaisir.

Laissez un commentaire

  1. Marine

    Le 30 mai 2018, 21:20 Répondre

    Ça fait plaisir de vous lire de nouveau, d’autant que vous êtes une réelle source d’inspiration. Ça n’a vraiment pas du être simple de voyager seul avec un bébé… Donc bravo ! Vos conseils seront sûrement très utiles pour tous les jeunes parents ou futurs parents.

    En revanche, je suis un peu déçue de votre collaboration avec Visit Maldives et le fait que vous ne mentionnez aucunement la situation politique catastrophique du pays dans votre article.
    Ils ont quand même remis la peine de mort pour les enfants… et la condition des femmes est vraiment horrible dans ce pays !
    Je trouve ça limite de passer sous silence ses points là et d’en profiter pour faire la promo du pays. D’ailleurs, vous avez enlevé la phrase « je reste libre de mes propos ». Coïncidence ? Enfin bref…

    J’espère que vous comprendrez mes propos.

    Bonne soirée,

  2. Noémie

    Le 30 mai 2018, 22:10 Répondre

    Merveilleux article, comme d’habitude. Le fond, la forme, la manière et l’élégance qu’on ne trouve pas si souvent sur les innombrables et quasi-identiques blogs voyage ! C’est une expérience magnifique de partager ce voyage avec votre fille. J’ai une pensée pour Julie que j’ai rencontré une fois à Paris lors d’une exposition sur la Norvège.
    Vous poursuivez son travail avec raffinement et beaucoup de talent. J’espère vous lire pour les années à venir. Ne changez pas, restez l’homme que vous êtes.
    Amicalement,
    Noémie

  3. carla

    Le 31 mai 2018, 00:11 Répondre

    beaucoup d’émotions et de fraicheur, malgré la chaleur des tropiques, dans ces lignes et merveilleuses images… ce voyage est une belle expérience et certainement de celles qui marquent longtemps, de celles qui laissent des jolies traces dans le coeur… merci de partager ici ces moments forts sur un fond de si jolies couleurs. Cette belle destination me laisse en tout cas bien rêveuse, et donne envie de quitter un peu mon île et d’en découvrir d’autres encore pour le plaisir de se déplacer en hydravion ;-)

  4. Isaline

    Le 31 mai 2018, 10:41 Répondre

    Superbe article et photos incroyables ! Merci beaucoup pour votre blog qui, je suis d’accord avec le commentaire précédent, n’a aucun égal dans la multitude de blogs de voyage qu’on trouve aujourd’hui.
    Encore merci !

  5. Julie

    Le 31 mai 2018, 10:52 Répondre

    Magnifique article, cher Renaud, qui reste entièrement dans la continuité esthétique du blog !
    C’est un vrai bonheur de retrouver Carnets de traverse, vos belles images m’avaient manqué.
    Merci de partager ces jolis moments père-fille et je vous en souhaite beaucoup beaucoup d’autres !

    • Renaud & Louise

      Le 1 juin 2018, 19:25

      Merci beaucoup Julie. Votre message est très important pour moi ! Je vous souhaite le meilleur !
      Renaud

  6. Sandrine

    Le 31 mai 2018, 10:53 Répondre

    Superbe article, superbes photos ! Merci pour ce partage :)

  7. Zoe

    Le 31 mai 2018, 10:56 Répondre

    Bonjour Renaud et “Loulou”,

    Je suis heureuse de vous voir repartir en exploration, et je suis émue de voir la transmission offerte à Louise. Une belle vie vous attend.

    Ce nouvel article est une bouffée d’air frais et d’inspiration. Magnifique sensibilité photographique, très jolie mise en page, et texte qui appelle à l’aventure.

    Merci, toujours.

    Zoé

  8. Alice

    Le 31 mai 2018, 11:48 Répondre

    Quel magnifique article ! Je suis transportée par l’ambiance, les photos, les mots… bravo ! Je suis vos aventures depuis des années et je suis ravie de voir que cela continue, avec toujours un talent hors du commun. Merci pour tout ça. Très belle journée, Alice

  9. Lexie

    Le 31 mai 2018, 12:34 Répondre

    Je me suis laissée bercer. Mieux : je m’y suis vue. J’ai souri devant les aventures d’aeroport – je me suis revue arriver seule à l’aeroport de Montréal avec ma fille de six mois dans le porte bébé (dans le dos), le chien, et bien trop de bagages. Il avait fallu que je demande moi meme l’aide d’un douanier (!!) faute de pouvoir pousser deux chariots à moi seule… J’ai le souvenir que les Maldives sont exempt de bestioles comme les moustiques et autres insectes embêtants, mais nous y étions allés en février je crois. A l’approche de la mousson les choses sont probablement différentes. J’aime beaucoup cette orientation « voyage familial » (ou voyage father-daughter ;)) que tu donnes à cet article et vers laquelle tu te diriges peut être de manière générale pour le contenu du blog. L’esthetique reste parfaite, la douceur s’y invite parfaitement avec les joues rebondies de ta belle Louise, et les anecdotes et étapes de préparation sont vraiment utiles. J’ai lu plein d’articles, au fil des années, sur le côté pratique des voyages avec bébé, j’en ai même certainement écrit un ou deux, mais tu as réussi à être d’une précision incroyable. Un article qui sera fort utile (et sans rien enlever à la magie du moment, beau tour de force !). Keep going! You are doing a great job :)

    • Renaud & Louise

      Le 31 mai 2018, 13:12

      Je suis tellement content de te lire :) Merci infiniment de tes mots ! C’est un poil intimidant pour un homme de parler de tout ça, rentrer dans le détail du détail sur l’enfant, les besoins, les astuces,…. Mais j’ai pris beaucoup de plaisir à partager tout cela, à écrire, à lister, à être précis. Je crois vraiment que ça peut aider des parents qui sont un peu flippés sur le voyage avec un tout petit. Ce n’est pas rien de partir avec un petit enfant tout fou excité, toujours en attente,… Mais c’est vraiment super, il faut le faire, il faut foncer !
      Merci encore, à très vite ! Renaud

  10. Marie Andree la salle

    Le 31 mai 2018, 13:22 Répondre

    Bravo Renaud et Louise pour ce merveilleux voyage tout en douceur. Je viens de comprendre que la maman n’est plus . .. toutes mes sympathies et toute mon affection . Je ne regardais tjrs que les photos sur Instagram. .. mais je vais aller un jour aux Maldives et ce sera grâce à vs trois. Merci bcp.

  11. Dominique

    Le 31 mai 2018, 17:17 Répondre

    Mon esprit vagabondait déjà aux Maldives au gré des photos postées sur Instagram, me voici conquise par ce très bel article, et émue par cette belle leçon de vie. Merci! Quel talent, que de réussir à poster des conseils pratiques si précis et concis, sans rien perdre de l’esthétique du blog. Et toujours avec beaucoup de douceur… C’est exactement le genre d’article que j’aurais aimé lire quand j’ai commencé à voyager avec mes enfants. Et les papas (qu’ils voyagent solo ou pas) me semblent tout aussi légitimes que les mamans pour dispenser ce genre de conseils.
    Pour Roissy, je vous confirme qu’après plusieurs tentatives auprès de différentes compagnies, c’est le seul aéroport international où nous n’avons jamais réussi à garder la poussette jusqu’à l’embarquement. Un peu galère, les vieux tapis roulants en pente pour rejoindre la salle d’embarquement, seule avec un petit dans les bras et un bagage cabine qui vous entraîne en arrière… Pas pratique non plus le changement de terminal qui ne peut se faire avec un même chariot à bagages. A Doha il y a bien des poussettes en prêt, mais elle ne sont pas toujours bien réparties (nous n’en avions pas eu non plus, mais après avoir traversé tout l’aéroport nous en avions aperçu… trop tard).
    Nous habitons sur Borneo et pour l’anti-moustique sans DEET nous utilisons:
    – la crème de babybuds https://www.budcosmetics.com/product/buds-outdoor-mozzie-clear-lotion/
    – Des patchs de la marque “baume du tigre” . http://www.baume-du-tigre.fr/gamme-anti-moustique/28-patch.html . Ils se collent sur les vêtements des enfants, donc aucune substance n’entre en contact avec leur peau. Bien sûr la meilleure protection reste des vêtements couvrants, mais ce n’est pas toujours simple quand les enfants ne sont pas encore habitués aux atmosphères chaudes et moites, ou qu’ils ont tendance à avoir des boutons de chaleur…

    Enfin, pour les enfants qui n’ont plus besoin de poussette, la valise bedbox avait retenu mon attention : ils peuvent se déplacer à califourchon dessus dans l’aérogare, puis elle se positionne dans le prolongement de leur siège dans l’avion pour qu’ils puissent étendre les jambes ou même s’allonger plus facilement. J’aurais bien aimé tester, afin de déterminer si ça relevait du gadget ou pas, mais le prix (160€) m’en a toujours dissuadée… https://jet-kids.com/bedbox.html

    Au plaisir retrouver votre joli tandem dans de nouvelles aventures…

    • Renaud & Louise

      Le 31 mai 2018, 19:29

      Bonsoir Dominique,
      un très grand merci pour votre message et vos mots qui me touchent !
      Je ne connaissais pas la marque Bud, c’est vraiment super comme référence ! C’est exactement ce que je recherchais ! De même que les patchs, je vais inclure ces produits dans l’article si vous me le permettez !

      En ce qui concerne CDG, je pense que les différentes générations de Directions tentent de faire monter le standard de qualité mais on part de tellement bas, de tellement “aérodrome spirit” ! Ceci dit, je trouve que globalement les gens sont beaucoup plus sympas et surtout vraiment plus polis qu’il y a 6 ou 7 ans ! Quant à la poussette, j’y croyais vraiment… mais non… “c’est pas possible Monsieur…”
      Je demanderais à Air France si l’on peut garder la poussette jusqu’à la porte de l’avion avec eux… Ils sont assez smooth sur certains trucs !

      Merci encore Dominique,
      A bientôt,
      Renaud

  12. Parents-voyageurs

    Le 31 mai 2018, 18:03 Répondre

    Bravo pour cet article! Quel courage de partir solo! Voyager avec des enfants est tout un art mais très vite vous prendrez vos marques et tout deviendra facile!
    Merci pour ce partage comme à chaque fois avec des photos incroyables!
    Emilie

    • Renaud & Louise

      Le 31 mai 2018, 19:30

      Merci Emilie de votre message ! A bientôt !

  13. Meslet

    Le 31 mai 2018, 20:40 Répondre

    J ai lu avec plaisir et émotions le 1er voyage de Louise.
    Toujours de la simplicité dans vos descriptions mais aussi le côté “pratique” de parents.
    Encore un magnifique travail.

    • Renaud & Louise

      Le 31 mai 2018, 21:16

      Merci beaucoup Anne de votre message ! A bientôt ! Renaud

  14. Isabelle

    Le 31 mai 2018, 23:46 Répondre

    Très touchée de lire cette première expérience de voyage père-fille.
    Voyager avec des enfants n’est pas sans frustrations, il ne faut pas se le cacher, mais il apporte une dimension unique à nos périples.

    Pour notre part nous avons continué de voyager sac à dos avec les enfants. Avoir les mains libres pour pousser la poussette, tenir une petite main ou carrément les filles dans nos bras nous semblait plus facile. C’est une nouvelle façon de voyager que nous continuons de peaufiner à chaque voyage, malgré l’âge plus avancé de nos enfants. Vous ferez de même ! Et j’ai bien hâte de lire la suite.

  15. Chloé

    Le 1 juin 2018, 10:13 Répondre

    Sublime article!
    Je lis votre blog et vous suis sur instagram depuis très longtemps!
    Cet article doux et émouvant avec Louise m’a décidé à écrire un commentaire!
    Vous donnez une autre image des Maldives et me donnez envie d’y aller peut-être finalement, j’avais peur du “tourisme riche” vs les habitants parqués sur Malé… L’avez-vous ressenti?

    Merci pour votre sublime blog!
    Hâte de suivre vos prochaines aventures père-fille! Ce lien est très particulier :)
    Chloé

    • Renaud & Louise

      Le 1 juin 2018, 11:01

      Bonjour Chloé,
      merci beaucoup de votre message ! Difficile de répondre strictement à votre question. Je ne suis pas resté suffisamment de temps dans ce pays pour me permettre de sortir des grands discours sur la population des Maldives. Les médias s’en chargent largement !

      Toutefois mon ressenti d’être humain est le suivant : toutes les personnes avec qui j’ai échangé (à Malé ou sur l’île-hôtel) ne m’ont pas fait ressentir une émotion négative, ou de la frustration, ou de la véhémence vs les touristes riches dont je fais partie… J’ai trouvé que tout le monde était assez flex justement (sauf la custom), très attentif à notre présence (dans le bon sens du terme), toujours soucieux que l’on soit bien, très poli et toujours un petit mot sympa pour Louise ou moi.

      Une personne dans un commentaire (que j’ai modéré mais que je vais publier) m’a demandé pourquoi que j’ai enlevé la phrase “je reste libre de mes propos” sur ce voyage aux Maldives — Simplement parce que cette phrase est ridicule. Carnets de traverse est un blog de voyage dédié à la beauté, à la poésie visuelle, à la douceur, à l’évasion,… Il n’y aucun enjeu ici autre que de partager de belles photographies et de beaux mots. Et ce que nous avons trouvé aux Maldives !

      Je retournerai dans ce pays avec grand plaisir pour un autre trip, cette fois-ci d’iles en iles sur une dizaine ou une quinzaine de jours. Voilà !
      Merci encore et très vite !
      Renaud

  16. Amélie

    Le 1 juin 2018, 13:23 Répondre

    Qu’il est doux de lire le premier article de votre premier voyage… Cette bouille à croquer… et tes mots Renaud ! Nul doute que cet article est à la hauteur de la qualité des contenus de carnets de traverse ! Et les images, sublimes comme toujours. Une vraie invitation à s’évader, à rêver… Pour les conseils pratiques, je le garde bien sous le coude pour le jour où… :) Hâte de vous lire à nouveau !

    • Renaud & Louise

      Le 1 juin 2018, 19:24

      Merci infiniment Amélie d’être passée par chez nous ! A très bientôt, sur la route qui sait !

  17. Chacha Aventurière

    Le 2 juin 2018, 13:00 Répondre

    J’ai pris beaucoup de plaisir lire ton article. Louise est craquante, sa bonne bouille nous donne envie de la couvrir de bisous glouton pour l’entendre rire. Ah les rires d’enfants.
    Vos photos sont d’une beauté exceptionnelle, depuis quelque temps j’ai des envies de Maldives. Et puis il y a la blogosphère qui te fait presque culpabiliser à l’idée de songer à y aller.
    Finalement on y va pour soit, et non pour les autres.
    Merci de ce joli partage, hâte de lire vos prochaines aventures à travers le monde

  18. Christa

    Le 3 juin 2018, 11:15 Répondre

    Quel plaisir que de découvrir votre premier voyage père/fille, cet article est une fois encore de toute beauté. Et toutes ces listes, très pratiques, font particulièrement écho à mon quotidien de jeune maman.

    J’ai une petite fille qui doit avoir 1 ou 2 mois de moins que Louise et après de longs mois d’arrêt, je reprends également les voyages, doucement, avec l’envie folle de lui transmettre mais aussi l’appréhension de ne pas la brusquer. J’y vais à tâtons, et tout comme toi je réalise que ces petits êtres s’adaptent finalement beaucoup mieux qu’on ne le croit à toutes sortes de situations.
    Je n’ai toujours pas pour autant franchie le pas de partir en solo avec elle, l’aventure est intimidante, même pour une maman. Ce qui me rend d’autant plus admirative de ton récit.

    Si je peux me permettre quelques conseils de parent à parent ;)
    Pour la sortie de l’avion et les longs trajets de couloir (si la poussette n’est pas là), je suis adepte de l’écharpe Studio Romeo, sans noeuds ni boucles, elle prend beaucoup moins de place qu’un porte-bébé classique, se met et s’enlève en un rien de temps, et peu servir de couverture/coussin d’appoint dans l’avion. La marque offre de jolis design unisex et chez nous le papa est également fan! J’ai aussi entendu parlé de Suppori pour les bébés plus grands.

    En anti-moustiques naturels, j’utilise le bouclier insect de PediaKid, au jour d’aujourd’hui je n’ai pas trouvé mieux en bio. En plus, j’ai toujours de l’huile essentielle de Geranium rosa (utilisable sur les petits à partir de 6 mois), que je l’utilise diluée à vaporiser sur les vêtements ou dans l’air autour du lit avant le coucher.

    Quant aux produits solaires, si tu cherches des alternatives bio aux formules propres (sans perturbateurs endocriniens), il y a la crème solaire enfant Alga Maris des Laboratoires de Biarritz ou encore la crème solaire pour bébé Acorelle.

    Enfin pour palier au manque de vêtements, en cas de forte chaleur, je peux te conseilleur d’emporter un ou deux maillots de bain anti-UV UPF50+, on en trouve en combinaison ou ensemble tee-shirt /culotte. En plus d’apporter une protection complémentaire contre le soleil, ils vont dans l’eau, sèchent en un rien de temps, et se lavent/rincent super facilement le soir afin d’être re-portés le lendemain ;)

    Hâte de découvrir vos prochaines aventures.
    Je vous souhaite à tous les deux un très bel été.

  19. Henri

    Le 4 juin 2018, 15:38 Répondre

    Beaucoup d’émotions en lisant votre article. C’est très beau et très bien écrit. Je me suis projeté (n’ayant pas encore d’enfant) et forcément, j’ai ressenti de la tristesse en parcourant votre article mais aussi beaucoup de joie. Votre travail est plus que jamais très inspirant et votre situation force le respect.
    Avec toute mon admiration.
    Henri

  20. Armelle

    Le 5 juin 2018, 10:17 Répondre

    Comme d’habitude, un très bel article, quasi exhaustif, avec des illustrations superbes. Merci beaucoup d’avoir partagé votre expérience, loin d’être évidente, comme ça ! Toutefois, je suis un peu d’accord avec l’un des commentaires : Une petite mise au point sur l’aspect politique catastrophique du pays aurait pu être (au moins) signalé. Toute la difficulté du métier d’être un transmetteur de rêves qui fait des partenariats avec des offices de tourisme j’imagine, pas facile de trouver un juste milieu :) Excellente continuation et encore bravo pour votre travail, c’est magnifique !

  21. Sylvie

    Le 24 juillet 2018, 18:15 Répondre

    Un 1er voyage avec votre fille, une qualité d’écriture superbe, des photos magiques, voyager avec votre bout de chou à du être de belles expériences de partage, d’émotion et surtout des souvenirs de Julie. J’ai commencé à lire l’article sur la Norvège, votre style, vos photos, je me régale toujours autant de vous lire la photo de Louise et le Leica….elle semble prendre le chemin de sa Maman. Soyez heureux avec elle, vous lui offrez de beaux moments.
    Et continuez vos partages, toujours aussi passionnants.

    • Renaud & Louise

      Le 25 juillet 2018, 09:32

      Merci beaucoup Sylvie. Vos mots et votre message nous font très plaisir ! C’est un cap peu évidement à passer pour nous, pour moi, que de poursuivre le travail de Julie. Mais nous aimons partager ces expériences de voyage, Louise semble très réceptive. Avec le temps, c’est elle qui décidera comment elle souhaite gérer l'”héritage” intellectuel et créatif de sa Maman. Je ne fais que transmettre et entretenir temporairement tout cela ! Que Louise s’oriente vers la création ou son exact contraire, je serais toujours fier d’elle ! A bientôt !
      Renaud

  22. Mathieu

    Le 25 juillet 2018, 18:26 Répondre

    Magnifiques photos!! merci beaucoup ca fait vraiment rever…

Laisser un commentaire

Le premier commentaire est modéré, ensuite je vous fais confiance.

Tous Les Voyages